Pépites d’atelier…

Parfois les ateliers d’écriture se suivent mais ne ressemblent pas aux autres.  Un moment de silence, là où on était habitué à la dissipation, au crissement de chaises, aux élèves remuants. La poésie fait son oeuvre. Il a suffi ce mardi après midi-là de lire le poème de Boris Vian, « je voudrais pas crever »:

je voudrais pas crever

avant d’avoir connu

les chiens noirs du Mexique

qui dorment sans rêver (….)

pour que soudain la plume de ces élèves de seconde, s’envole.

Qu’ils soient remerciés pour leur engagement.

Bouleversant…