• slide1

La série de l'été... Vider son sac épisode 3 !

Avec Nono, on sait qu'on risque à tout moment d'être croqué ! Hervé Bellec, notre "victime" de la semaine précédente en sait quelque chose qui est une des cibles favorites de ce croqueur à la barbe fournie.

Gare à celui ou celle qui le côtoie car le monsieur frisé à l'oeil assorti immortalise en deux coups de crayon, tout ce qui bouge. Et on rit. Obligatoirement. A moins d'être un sacrément mauvais coucheur. Comment résister à cette plume rapide, incisive, désopilante qui gratte pile là où on ne voudrait surtout pas que ça se voit, qui repère nos petits (grands) travers et les met en lumière. Rondement !...

Nono, notre caricaturiste préféré qui sévit sur nombre de couvertures, dans nombre de publications, qu'on voit sur les murs des villes, ainsi à Lesneven (29) où une série d'affiches sur les murs des boutiques fermées (jolie initiative de la ville) redonne aussitôt le sourire. Les expressions bretonnes y sont mises en images... mais ce n'est pas pour tout ça que je vous parle de Nono. C'est parce que, cet ancien prof de philosophie (personne n'est parfait) a lui aussi  accepté ce petit jeu estival de vider son sac. Et il l'a fait de manière très pudique, un peu éloigné de l'image qu'il pourrait donner. Soudain c'est comme si on pénétrait par effraction dans un domaine où on ne se dévoile pas si facilement. Lui qui mord (gentiment) sur le papier s'est montré plus timide quand il s'est agi de parler de lui-même. L'exercice l'a surpris, intrigué. Aucune réticence cependant, un simple :" tu crois ?"

Bien sûr, je crois !

Alors il s'est exécuté avec son oeil malin mais pas si à l'aise que ça. Le résultat est simple mais à regarder entre les lignes, tout en poésie. Couleurs, carnets de croquis, sa toute dernière publication... Allez Nono, ce n'était qu'un cliché rapide, retourne à tes crayons....

Tu m'as dessinée un jour (photo ci-dessus... affiche d'un salon passé où l'on côtoyait du beau monde, je suis la troisième en partant de la droite ;-) et j'ai pensé alors que la gloire me tombait dessus.

Car être croqué n'est-ce pas le début du succès ? 

Pourquoi bouder ce plaisir-là...

A la semaine prochaine.

Nous fouillerons sans vergogne le sac de Bernard Berrou prix Bretagne 2018 pour l'ensemble de son oeuvre...

Petite surprise à prévoir...

Nathalie