• slide1

Le journal de Naxos

Il est là ! J'en ai rêvé et en voilà une pile devant moi. Les exemplaires du "journal de Naxos"

( 110 pages avec photos) écrit pendant mon ermitage grec au mois d'avril. 

La raison pour laquelle je me suis faite silencieuse... plus rien sur le blog, à part les chroniques "des Femmes qui ont fait la Bretagne", pendant un certain temps ;-).

Je reprends la main, ai perdu un peu les habitudes du maniement du blog, mais tout va rentrer rapidement dans l'ordre.

Ce journal de Naxos, qu'est-ce que c'est ? Les premières lignes vous en donneront une idée...

 "J’avais envie d’avoir chaud.

Le premier choix était Bali et je me suis retrouvée dans une île grecque. Ce n’était pas un pis aller, juste un concours de circonstances qui pouvait m’indiquer le premier signe et je ne voulais pas le laisser passer.

Là, je me suis lancée un défi : écrire ce que je faisais au quotidien. Ce que je n’avais jamais pratiqué, moi qui raconte si mal mes journées. Mais je voulais essayer, mettre à profit mon mois de solitude, mon ermitage au soleil pour qu’il en sorte quelque chose qui m’éclairerait peut-être sur la suite de ma vie, qui m’apporterait des réponses…"

Une drôle d'idée qui a démarré à peine le pied sur l'île grecque choisie. Naxos s'y prêtait et l'écriture s'est installée assez simplement, même si l'exercice ne m'était pas familier.

Un journal c'est se tenir jour après jour à sa table. L'habitude s'est prise et pendant un mois, j'ai raconté ce que je voyais, qui je rencontrais, ce que je faisais, ce qui tournait dans ma tête aussi. Un mois de solitude offre beaucoup d'occasions, de prétexte à gamberger et là bas ça n'a pas manqué, evidemment !

Le thème  pour ce premier essai : comment gérer la solitude et... la tentation de la paresse !

L'aventure ne s'est pas arrêtée à ces pages... si je voulais boucler vraiment la démarche, il me fallait la concrétiser, sous-entendu publier ce que j'avais écrit dès mon retour. Mais publier vite, ne  pas procrastiner car le doute pouvait s'immiscer, retarder et pousser à abandonner. 

Pour la première fois j'ai pensé à l'auto-édition.

Là aussi petite aventure ô combien réjouissante ! Si le livre est donc maintenant imprimé et visible dans les prochains salons (Langolen le 3 juin et Vannes les 9/10 juin prochains), il le sera également, en ligne, dans quelques jours...

Et il n'est pas impossible qu'après Naxos, d'autres lieux s'y prêtent. Quelques projets émergent déjà, qui déclineront ce même concept : unité de lieu, unité de temps et unité d'action !  Un thème par lieu. 

Si vous ne pouvez me retrouver sur les salons, mais que vous ne choisissez pas pour autant la lecture en ligne, il vous est possible de commander des exemplaires.

Bonne lecture sous le soleil grec !

A bientôt

Nathalie