• slide1

Moteur passion

Ce matin, cette photo a fait tilt …

Si je ne me lance pas aujourd’hui, je ne le ferai jamais.

Je n’oserai jamais.

Cela fait six bons mois pour ne pas dire une année (j’ai honte) que je tergiverse, recule la date, me cache derrière toutes les excuses possibles pour ne pas sauter dans le vide.

Le vide c’est lancer enfin MON blog ! Entrer à mon tour dans la blogosphère par une petit porte dérobée.  A tâtons. Sans doute parce que j’ai passé les six derniers mois, nuits (surtout) et week-ends compris à consulter tout ce qui se faisait sur le net en matière de blog d’auteurs français ou étrangers. En me disant non jamais je ne serai à la hauteur. Ils sont tous trop réussis, trop bien mis en pages, avec des sources d’inspiration que je n’aurais peut-être pas… je suis trop vieille pour l’aventure. Place aux jeunes !...

Et puis je me suis « souvenue » que pour mes romans, c’était la même chose. Pas une fois où je suis rentrée dans une librairie sans me répéter en boucle : « à quoi ça sert que de Broc se décarcasse », il y a déjà tant de livres… et je repartais sur la pointe des pieds.

Et pourtant j’écris. Je suis publiée. Lue aussi. J’ai cette chance extraordinaire d’un lectorat fidèle qui me fait le cadeau- pression mais cadeau quand même de : « et le prochain c’est pour quand… vous n’allez pas faire un tome III ? »

Donc, au bout de 13 romans on devrait avoir confiance ?

Eh ben non.

Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’un petit moteur doit ronronner quelque part en douce et donner envie malgré tout.

Un moteur passion.

Suffit de s’en servir pour le blog, de sauter en parachute avec la peur au ventre. Mais la peur étant inhérente à la création, je saute. Avec des idées plein la tête. De partage avant tout, de coups de cœur, d’histoires d’écrivains, de réflexions d’auteurs ( d’autres croisés, admirés, lus, enviés ;-), d’anecdotes de salons, de techniques d’écriture, de conseils aussi. Après six années d’animation d’ateliers, pas mal de matière que j’ai envie de transmettre. 

Le rythme que je vous propose, un post tous les 10 jours et je vais essayer de m’y tenir. Comme ça, je retrouverai la montée d’adrénaline quand j’étais journaliste radio à France Inter et qu’il fallait rendre son papier pour le 19H… oups il était 18h50. J’avais juste le sujet et pas le premier mot : « Euh tu passes en ouverture coco… faudrait te réveiller ».

Je me réveille grâce à vous qui venez me lire et nous souhaite plein de rendez-vous ensemble.

A très vite

 

Nathalie